Mon Accompagnateur Rénov', qu'est-ce que c'est ?

PUBLIÉ LE : 06/02/2024 MIS À JOUR LE: 06/02/2024

Le rôle d’un « Accompagnateur Rénov’ » ? Aider et accompagner les particuliers dans leurs travaux de rénovation énergétique. Une prestation payante qui, depuis le 1er janvier 2024, est obligatoire pour l’ensemble des propriétaires qui entreprennent des chantiers de rénovation globale. Et plus seulement pour ceux bénéficiant de l’aide MaPrimeRénov Sérénité, c’est-à-dire les ménages modestes et très modestes. Explications.

Agréé par l’État, un « Accompagnateur Rénov’ » est un professionnel de confiance qui, dans le cadre de la rénovation énergétique de votre habitat, a pour mission de vous conseiller sur la nature des travaux à réaliser, de vous orienter vers des professionnels RGE (« Reconnu Garant de l’Environnement ») et de vous détailler et expliquer les solutions de financement existantes ainsi que les aides auxquelles vous avez droit. Lors de sa visite, il évaluera la situation de votre logement et vous expliquera également comment réaliser un audit énergétique.

 

En grande majorité issus de la plateforme « France Rénov' » et de son réseau de 550 guichets répartis sur tout le territoire, les « Accompagnateurs Rénov’ » peuvent également être des opérateurs de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), des architectes, des auditeurs énergétiques qualifiés ou encore des professionnels issus d’une société de tiers financement. Autrement dit, une structure portée par des collectivités locales ayant pour objectif de massifier la rénovation globale performante des maisons individuelles et des copropriétés, en proposant aux particuliers un accompagnement complet.

Bon à savoir

Bon à savoir

Le réseau France Renov’  fusionne les anciens espaces conseil « FAIRE » (Faciliter, Accompagner et Informer sur la Rénovation Énergétique) et les points rénovation info service de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH). Avec à ce jour 573 « Espaces conseil » et plus de 2 500 conseillers présents sur l'ensemble du territoire, il permet d'informer et de conseiller en toute neutralité les ménages qui souhaitent réaliser une rénovation énergétique de leur logement. Le partenariat avec les 2 600 maisons France Services permettra d’améliorer courant 2024 le maillage territorial afin de garantir à chaque ménage un interlocuteur de confiance, à proximité de son domicile, et d’aller davantage vers les publics qui en ont le plus besoin.

Quel que soit son profil, un « Accompagnateur Rénov’ » vous apportera également un soutien :

-          Administratif (assistance au montage de votre dossier de demande d'aides, notamment),

-          Financier (élaboration de votre plan de financement)

-          Et social (accompagnement des personnes en situation de précarité énergétique).

 

Présent du début à la fin de vos travaux d’isolation thermique ou de rénovation énergétique, il suivra leur exécution et s’assurera de leur bonne réalisation.

Notez qu’au-delà de ces missions, « Mon Accompagnateur Rénov’ » propose également des prestations facultatives ou renforcées, notamment pour des situations d’insalubrité ou de perte d‘autonomie.

Faire appel à un « Accompagnateur Rénov’ » est-il obligatoire ?

Pour rappel, le 1er janvier 2023, le gouvernement rendait obligatoire le recours à un « Accompagnateur Rénov’ » pour les propriétaires qui entreprenaient une rénovation globale de leur logement et demandaient une aide MaPrimeRénov Sérénité à l’Agence nationale de l’habitat (ANAH). Une aide réservée aux ménages modestes et très modestes pour réaliser des travaux offrant un gain énergétique d'au moins 35 %.

Dans son plan initial, l'exécutif prévoyait d’étendre dès le 1er septembre 2023 cette obligation à davantage de propriétaires, et notamment à ceux réalisant des chantiers de rénovation comptant deux gestes ou plus, dont le coût était supérieur à 5 000 euros et qui demandaient plus de 10 000 euros d’aides MaPrimeRénov. Une obligation repoussée avant d’être finalement abandonnée au profit d’une nouvelle réglementation édictée dans un décret publié au Journal officiel le 25 octobre 2023 .

Si ce nouveau texte annule donc l'obligation qui était initialement prévue à partir du 1er septembre 2023 d'avoir recours à l'accompagnateur pour bénéficier des forfaits MaPrimeRénov' pour des travaux de deux gestes ou plus (avec un coût supérieur à 5 000 euros et plus de 10 000 euros d'aides), il impose en revanche à l’ensemble des propriétaires – et plus seulement à ceux bénéficiant de l’aide MaPrimeRénov Sérénité – qui ont décidé d’entreprendre des chantiers de rénovation d’ampleur depuis le 1er janvier 2024 de faire appel à un « Accompagnateur Rénov’ ».

Pour rappel et comme son nom l'indique, une rénovation d’ampleur vise un gain minimum de 2 classes énergétiques avec au moins 2 travaux. Autrement dit, elle a pour but d’améliorer la performance énergétique générale d'un bien (une maison ou un appartement) à travers la réalisation de plusieurs travaux complémentaires et successifs. Isolation thermique, remplacement d’un système de chauffage ou encore mise en place d’une ventilation constituent autant d’exemples de travaux de rénovation énergétique pouvant faire partie d’un plan de rénovation globale.

Notez qu’en parallèle de ce parcours accompagné, un second parcours de travaux sans accompagnement – autrement dit, sans obligation de faire appel à un « Accompagnateur Rénov’ » – permet de bénéficier des aides Ma Prime Rénov pour les changements de chaudière et les petits bouquets de travaux combinant les gestes d’isolation et d’équipement de chauffage décarboné.

Bon à savoir

Bon à savoir

Le gouvernement a prévu de lancer dans très prochainement un nouveau site Internet baptisé « monservicerenov.fr ». Il s’agira d’une plateforme dédiée aux échanges entre les foyers et les « Accompagnateurs Rénov’. 

Quid des aides pour « Mon accompagnateur Rénov’ »

 

Depuis le 1er janvier 2024, les prestations des conseillers « Mon Accompagnateur Rénov’ » sont financées tout ou partie par l’État.

 

Dans le détail, en se basant sur les barèmes de l’ANAH , ce financement est couvert à :

 

·       100 % pour les ménages considérés comme « très modestes » ;

·       80 % pour les ménages dits « modestes » ;

·       40 % pour les ménages « intermédiaires » ;

·       20 % pour les ménages à un niveau de ressources supérieur.

 

Cette aide financière est plafonnée à 2 000 euros. Toutefois, elle peut exceptionnellement atteindre 4 000 euros pour les ménages aux revenus les plus modestes, dans le cas de travaux de rénovation dans un logement indigne et énergétiquement très précaire.

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE