Femme arrosant des plantes sur son balcon

Les principaux enjeux de la rénovation énergétique

PUBLIÉ LE : 31/08/2023 MIS À JOUR LE: 20/01/2024

En optimisant les bâtiments, il est possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de réaliser des économies d’énergie, mais aussi de grandement améliorer le confort des habitants. Explications.

La transition énergétique (ou transition écologique) vise à préparer l’après pétrole et instaurer un modèle énergétique robuste et durable face aux enjeux d’approvisionnement en énergie, à l’évolution des prix, à l’épuisement des ressources, aux impératifs de la protection de l’environnement et au dérèglement du climat.

Parmi les leviers pour y parvenir, les travaux énergétiques. Ils sont pour les propriétaires ou les locataires la garantie d’améliorer leur confort, de réduire leur facture énergétique, tout en faisant un geste pour l’environnement. Ils sont également créateurs d’emplois dans le secteur du bâtiment et, en parallèle, ils aident le pays à poursuivre ses objectifs, à savoir atteindre la neutralité carbone en 2050.

La rénovation énergétique : un enjeu national

Pour répondre à cet objectif, l’État a fait de la rénovation énergétique du parc immobilier français un enjeu crucial. Son plan : en finir avec les « passoires thermiques », ces logements dont le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) est noté F ou G. Autrement dit, des habitats dont la consommation énergétique est supérieure à 330 kWh par m2 et par an. Selon les dernières estimations, la France en recenserait plus de 4.8 millions, soit une habitation sur quatre. Pour certains experts, leur nombre oscillerait plutôt entre 8 et 9 millions.

Pour en finir avec ces « mauvais élèves », différentes mesures ont été mises en place. Parmi elles, une loi rendant obligatoire depuis le 1er septembre 2022 la réalisation d’un audit énergétique – comprenant un descriptif des zones de déperditions thermiques et proposant une liste de travaux chiffrés et de nature à faire obtenir un classement du logement au minimum en classe E – pour la vente des logements « passoires thermiques ». Il deviendra obligatoire dès le 1er janvier 2025 pour les logements classés E et à compter du 1er janvier 2034 pour les habitats étiquetés D.

En parallèle, dès le 1er janvier 2023, les logements classés G et dépassant 450 KWH/m2/an d’énergie finale seront interdits à la location puis toutes les habitations étiquetées « G » à compter du 1er janvier 2025, toutes celles étiquetées « F » à compter du 1er janvier 2028 et toutes celles étiquetées « E » à compter du 1er janvier 2034.

Autres mesures :

  • L’interdiction pour un propriétaire d’augmenter le loyer entre deux nouveaux locataires de « passoires thermiques », à moins d’avoir mené un projet de rénovation énergétique ;

  • L’interdiction de révision annuelle et de réévaluation du loyer au renouvellement du bail.

La rénovation énergétique : un enjeu économique

En entreprenant des travaux de rénovation énergétique – dont la plupart ouvrent droit à des aides –, vous pourrez par exemple diviser votre facture d’eau chaude par deux ou trois en remplaçant votre chauffe-eau électrique par un chauffe-eau thermodynamique.

En plus de cette précieuse économie, vous pourrez réduire votre consommation d’énergie annuelle de 15 à 30 % grâce à une chaudière à condensation, une pompe à chaleur ou une chaudière biomasse.

Côté chauffage, grâce à une meilleure isolation, vous éviterez également les déperditions de chaleur. Ce qui là encore ne sera pas sans incidence sur votre facture énergétique.

Notez aussi qu’une bonne isolation couplée à une bonne ventilation réduiront les problèmes d’humidité. Et donc la présence de moisissures sur vos murs, ainsi que toutes les dépenses qu’elles peuvent engendrer (peinture, absorbeur d'humidité, etc.).

Enfin, les travaux de rénovation énergétique valoriseront votre logement : en moyenne et selon l’ADEME, ils entraînent une plus-value jusqu’à 5% à la location, et de 5% sur le prix de vente du bien par lettre DPE (Diagnostic de performance énergétique) gagnée. Ainsi, un logement dont le DPE passe de la lettre E à A, gagnera 20% de valeur.

La rénovation énergétique : une nécessité pour préserver l’environnement

Le secteur du bâtiment concentre à lui seul 25% des émissions de gaz à effet de serre en France, ce qui représente 123 millions de tonnes de CO2.

En moyenne, les émissions de dioxyde de carbone d’une habitation chauffée à l'électricité seraient de 10 Kg par m2 et par an. Des émissions multipliées par quatre lorsque le logement est chauffé au gaz, et par six si c'est au fioul.

En réalisant des travaux de rénovation énergétique, vous allez pouvoir réduire les émissions générées par votre habitat.

La rénovation énergétique, une question de bien-être

Selon un récent sondage du médiateur national de l'énergie, un Français sur cinq dit avoir souffert du froid dans son logement l’hiver dernier. 40 % estiment que c’est à cause d’une mauvaise isolation thermique de leur logement et 36 % pour des raisons financières. Dans un contexte de hausse des prix de l'énergie, 60% assurent également avoir coupé le chauffage chez eux pour alléger leur facture d'énergie.

En entreprenant des travaux de rénovation énergétique, votre logement sera mieux isolé et mieux chauffé. Une amélioration thermique qui le rendra donc plus agréable à vivre.

Grâce à une bonne ventilation, vous pourrez également bénéficier d’une qualité de l’air plus saine, tandis qu’une bonne isolation améliorera votre confort acoustique. Souvent négligé, ce dernier a pourtant une influence positive sur la qualité de vie au quotidien et sur les relations entre usagers d'un même bâtiment.

Unimédia
RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

Vous démarrez votre projet ?

Estimez la performance énergétique actuelle de votre logement pour obtenir des recommandations adaptées à vos besoins (confort, économies, réglementation…) sur les travaux, les aides et des estimations de financement.

Démarrer votre projet
Vous démarrez votre projet ?Je me lance