Aller au contenu principal
Électricité heures pleines creuses

Électricité : heures pleines, heures creuses, comment ça marche ?

Partagez sur :
4 min.

Dans le cadre de la souscription d’un contrat d’électricité, choisir l’option tarifaire « heures pleines / heures creuses (HPHC) » permet de bénéficier d’une électricité moins chère… à certaines conditions. Explications.

Dans le cadre de la souscription d’un contrat d’électricité auprès d’un fournisseur d’énergie, plusieurs options sont possibles. Parmi elles, les plus répandues, à savoir :

  • L'offre « base » qui propose aux particuliers de payer le même prix du kilowattheure(kWh) quel que soit le moment de la journée ou de la nuit ;
  • L'offre « heures pleines/heures creuses ». Dans ce cas, le prix du kWh varie en fonction du moment de la journée : il est plus cher aux moments de forte consommation, les « heures pleines », et moins cher pendant les heures dites « creuses », souvent la nuit.

À l’origine, cette option avait pour objectif d'inciter les consommateurs à brancher leurs appareils les plus énergivores – comme les chauffe-eaux électriques ou encore les machines laver – pendant les heures « creuses ». Cela leur permettait de réduire leurs factures énergétiques, mais aussi (et surtout) d'alléger la consommation globale du parc national pendant les heures de pics, des périodes durant lesquelles il est parfois nécessaire de mettre en route des centrales dites de pointe, particulièrement polluantes quand elles fonctionnent au charbon ou au fioul. Enfin, le système des heures creuses permettait également de lisser la consommation nationale sur la journée, ce qui avait pour résultat de réduire les impacts de CO2.

Avant 2008, le tarif en heure pleine était le même que le tarif de base « base » tandis que l'heure creuse, elle, était moins chère. En revanche, pour bénéficier de ce tarif moins élevé, il fallait souscrire un abonnement légèrement plus élevé que celui du tarif de base. Autrement dit, ceux qui choisissaient l’offre « heures pleines/heures creuses » devaient évaluer l'économie qu'ils pouvaient faire en heures creuses pour rentabiliser le coût de l'abonnement plus élevé.

Sauf que depuis, les tarifs d'heures creuses ont augmenté. Résultat : si cette offre était intéressante dès lors que le consommateur arrivait à déporter 30 % de sa consommation sur les heures creuses, aujourd'hui, elle n'est intéressante que si au moins 50 % de la consommation est déportée sur ces heures creuses.

Autrement dit, l'intérêt économique de l'option « heures pleines / heures creuses » (HPHC) est une question de configuration de logement et d'habitude de consommation. Un contrat HPHC ne sera moins cher que l'option « Base » uniquement si votre maison ou votre appartement utilise l’électricité pour le chauffage et la production d’eau chaude, que votre ballon d'eau chaude est programmable pour fonctionner en heures creuses et que vous faites tourner vos appareils électriques les plus énergivores (lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge...) en heures creuses.

Le Médiateur national de l'Énergie propose un simulateur pour évaluer l'intérêt des deux offres (« Base » et « HPHC ») en fonction de la consommation de chaque foyer. On y apprend par exemple que pour une famille de quatre personnes vivant dans un appartement chauffé électriquement et dont la consommation annuelle est de 10 000 kWh par an, il faudrait reporter 48 % de la consommation en heures creuses pour que l'offre HPHC devienne intéressante.

Consommation électrique : comment savoir si je suis client de l’option « Base » ou « HPHC » ?

Pour savoir si vous êtes en option heures pleines / heures creuses, il suffit de consulter votre facture d’électricité et regarder dans la rubrique « Caractéristiques de votre tarif » ou alors regarder votre compteur d’électricité.

S’il s’agit d’un compteur Linky il suffit d’appuyer sur le bouton « + » situé sous l'écran pour faire défiler les différentes informations.

Sur un compteur électronique, il suffit d’appuyer sur la touche « Défilement » pour afficher l’index de consommation. Si deux index s’affichent sur l’écran, cela veut dire que vous êtes en « heures pleines / heures creuses ». À l’inverse, si un seul index apparaît, alors vous êtes en option « Base ».

Sur un compteur électromécanique (celui qui possède une roue crantée placée à l’horizontale), si vous remarquez deux cadrans permettant de comptabiliser les kilowattheures consommés, cela signifie que vous avez l’option tarifaire « heures pleines / heures creuses ». Si le compteur ne comprend qu’un seul cadran, c’est que vous avez l’option tarifaire base.

Bon à savoir

L’option tarifaire « heures pleines / heures creuses » n’est disponible que pour les puissances de compteur d’électricité supérieures ou égales à 6 kVA. Les compteurs de 3 kVA sont donc forcément en option « Base ».

Economies d’énergie: comment connaître les horaires des heures creuses?

Ce n'est pas EDF qui définit les horaires des heures creuses, mais Enedis, gestionnaire du réseau d’électricité en France. Lorsqu’une plage d’heures creuses est saturée par la demande, Enedis ouvre un nouveau créneau.

Pour connaître les plages horaires d'heures creuses dans votre commune, vous pouvez consulter le site d’Enedis ou votre facture où l’information y est mentionnée sur la première page.

© Uni-médias